le programme

se rencontrer, se souvenir et créer du lien, du sens

Le programme complet permet aux individus de prendre conscience de trois dimensions constitutives de leur être : « ce que je suis », ce que je fais » et « la manière dont j’interagis avec les autres ». Pour être traité dans son entièreté, il nécessite un groupe stable pendant une dizaine de séances minimum. Il peut évidemment se décliner en une infinité de séances, qui, même si les thèmes se répètent, ont des effets cumulables mettant en lumière nos diverses facettes.

Trois grands cycles de thèmes, conjugués sur trois modes

positif, négatif et ambivalent, histoire de faire un pas de plus vers l’intégration de la vision paradoxale : l’humain est parfaitement imparfait, il n’y a ni bons ni méchants, il y a seulement des comportements acceptables et des comportements inacceptables.

Il y a les thèmes positifs, parce c’est notre confiance en nous est renforcée lorsque nous nous affirmons émerveillé⋅es, efficaces et aimant⋅es.

Il y a les thèmes négatifs parce que nous sommes tous et toutes porteuses de manques et que, c’est en acceptant nos imperfections que nous éveillons notre désir de nous perfectionner.

Et il y a surtout les thèmes ambivalents : ils nous protègent de la pensée binaire qui oppose et sépare. Ils nous conduisent progressivement vers la complexité, la nuance, le doute, le paradoxe… et l’empathie.

Cycle « Conscience »

Il répond à la question « Qui suis-je » A l’issue d’une série de thèmes autour des sensations, des émotions, de la pensée symbolique et rationnelle, nous avons appris la différence entre « je vois, je ressens, j’imagine et je réfléchis », condition essentielle au développement de l’esprit critique et à l’exercice de la démocratie.

Cycle « Réalisation »

Il répond à la question « Suis-je capable ». Nous parlons de nos compétences, de nos difficultés, de nos apprentissages, de nos projets, des défis que nous nous lançons, de nos réussites, de nos défaites et petit à petit, nous prendrons probablement conscience de nos complémentarités et de nos différences. Nous prendrons conscience de notre liberté à accepter ou refuser de coopérer avec autrui.

Cycle « Interactions Sociales »

Ici, les thèmes abordent « Comment j'interagis avec les autres ». Ils vont par deux, voix active et voix passive (exemple: Je me suis moqué⋅e de quelqu’un. Quelqu’un s’est moqué de moi) pour entendre et intégrer des règles de vie. Aucun devoir, aucun interdit qui vient d’en haut. Chacun⋅e entend, découvre, accueille et est touché⋅e par les conséquences de ses comportements qui sont porteurs de joies ou de souffrances. Nous prenons conscience des conséquences de nos choix. L’éthique découle des prises de conscience.

Tout le programme ouvre sur l’élargissement de la conscience

L’humain est en perpétuelle transformation. De la naissance à la mort, nous passons par de progressives prises de conscience. Le programme tout entier se veut un outil pour conduire vers plus de conscience. Cela se passe en toute liberté. Au fil des thèmes proposés, chacun et chacune évolue à son rythme et fait les découvertes dont il a besoin.

Poursuivre la lecture

l'historique

Le Programme de développement affectif et social a été conçu aux Etats-Unis dans les années 60. Le Québécois Jacques Lalanne a traduit les ouvrages en français et est devenu ainsi le promoteur du PRODAS au Canada francophone depuis les années 70. Je rencontre ce dernier en 1977 à Bruxelles et suis séduit par l'outil. L'aventure du PRODAS commence alors en Belgique.

la méthodologie

Il est possible d’utiliser la méthodologie du ProDAS occasionnellement sans suivre le programme complet. Par exemple, pour évaluer des activités (« je peux vous dire comment je me suis senti⋅e (ce qui m'a touché.e) pendant l’exercice précedent ») ; ou pour témoigner de notre vécu autour d’une thématique développée avec un groupe (amitié, argent, justice, travail, etc). Dans tous les cas, les cercles de parole ProDAS permettent de renforcer les capacités d’écoute et d’expression, ou de créer des liens entre les participant⋅es.

les atouts

Quarante ans d’expériences dans les écoles nous permettent d’affirmer que la pratique régulière de cercles ProDAS aide les élèves et les enseignant⋅es à créer dans les groupes un climat de confiance et de sécurité et exerce l’empathie. L’expérience plus récente avec des adultes de divers milieux professionnels ou lieux de vie confirment les bienfaits du ProDAS sur le développement des personnes.

l’ethique

Le programme de développement affectif et social est un outil, un outil créateur de liens et de sens qui peut se révéler « magique ». Néanmoins, ce n’est qu’un outil. Il peut servir pour ériger une cathédrale ou une prison. Tout dépend de l'éthique de l’ouvrier⋅e qui l’utilise. Nous sommes humain⋅es, donc imparfait⋅es. Mais la technique nous demande d’être lucidement imparfait⋅es et de nous parfaire, inlassablement, avec humilité.

des témoignages

Pratiquer les cercles ProDAS ne laisse pas indifférent⋅e. Ce qu'ils apportent aux personnes comme aux institutions, est d'une grande richesse. A vous d'en apprécier la teneur à travers ces quelques témoignages. A vous également de nous envoyer le témoignage de vos propres découvertes du ProDAS pour que nous puissions les offrir en lecture dans la rubrique.