l'historique


par Christian Bokiau
Le Programme de développement affectif et social a été conçu aux Etats-Unis dans les années 60. Le Québécois Jacques Lalanne a traduit les ouvrages en français et est devenu ainsi le promoteur du PRODAS au Canada francophone depuis les années 70. Je rencontre ce dernier en 1977 à Bruxelles et suis séduit par l'outil. L'aventure du PRODAS commence alors en Belgique.

Le Programme de développement affectif et social a été conçu aux Etats-Unis en Californie dans les années 1960 par :

  • ​ Harold Bessell, Ph.D., psychologue clinicien. Il a conçu ce programme en se basant sur les déficiences caractéristiques qu’il avait rencontrées chez les adultes qui le consultaient en thérapie.
  • ​ Uvaldo Palomares, Ed.D, un psychologue scolaire œuvrant dans un milieu défavorisé et
  • ​ Géraldine Ball, Ph.D., une enseignante travaillant dans un milieu de classe moyenne, et qui par la suite devint enseignante en sciences de l’éducation, affectée à la formation des enseignants.

Le Québécois Jacques Lalanne a traduit les ouvrages en français et est devenu ainsi le promoteur du PRODAS au Canada francophone depuis les années 70.

Pour éviter la violence dans la société, les auteurs américains imaginent un travail de prévention à construire à partir de la troisième maternelle. Comme le résultat est positif, ils poursuivent leurs travaux jusque dans le secondaire avec succès et même au-delà.

Très rapidement, les psychologues comme les enseignant·es voient les résultats bénéfiques de ce programme. Le premier effet observé est la capacité d’expression qui se manifeste par l’ouverture des plus timides qui après quinze séances s’expriment naturellement dans le groupe.

Le nom de « cercle magique » est donné par des enfants qui constatent avec bonheur qu’un·e de leur camarade qui n’a pas dit un mot dans la classe depuis le début de l’année scolaire se met à parler dans un échange en cercle sur un thème du programme.

Un peu plus tard, on voit les jeunes accroître leur confiance en eux-mêmes et aborder de nouvelles tâches avec assurance et faire preuve de détermination pour atteindre leurs buts et réussir ce qu’ils entreprennent.

Quelques temps après, on observe une diminution des comportements agressifs ou destructeurs chez les enfants les moins socialisés. Des améliorations dans la communication constructive s’observent très tôt après l’application de ce programme. On entend un enfant dire : « Je me sens mal quand tu prends mes choses sans me le demander » alors qu’auparavant il était porté à dire « Donne-moi ça tout de suite, sinon je te … ».

Après avoir été appliqué avec succès avec des enfants de 4, puis 5, puis 6 ans, ce programme évolue et fournit des modules d’activités s’adressant aux jeunes de tout âge, jusqu’à l’entrée à l’université.

Des guides de l’animateur sont élaborés pour chaque groupe d’âge ainsi qu’un manuel spécifique sur la Prévention et la résolution des conflits. 1

  • ​ Des formateur·rices forment des dizaines de milliers d’enseignant·es dans de nombreux pays d’Amérique et d’Europe.
  • ​ Dans les classes où l’enseignant·e emploie régulièrement ce programme, les communications sont plus franches et ouvertes, les relations plus harmonieuses et coopératives. Les attitudes d’acceptation, de compréhension et de réciprocité apprises dans le cercle de parole PRODAS s’étendent à toutes les activités et imprègnent le climat de la classe.
  • ​ Apprentissage, motivation et plaisir ne font plus qu’un.
  • ​ Les jeunes qui y participent démontrent une capacité à s’affirmer et à résoudre amicalement les conflits qui étonnent les adultes.
  • ​ Dans les maisons de repos, ce programme permet à des personnes âgées de rencontrer autrement les autres et de nouer des relations amicales inattendues. 


Jacques Lalanne a découvert cette approche en 1970 pendant qu’il complétait une maîtrise en développement humain à la United States International University, à San Diego en Californie. Il a fondé l’Institut de Développement Humain et a traduit et publié ces ouvrages en français.2

Le « Programme de Développement Affectif et Social » est la traduction du « Human Development Program ».

Un rapport de recherche sur le PRODAS est accessible pour tou·tes sur le site « developpement-humain.com. Formation et consultation en éducation humaniste (Canada, consultation en éducation humaniste depuis 1970 - Canada, France, Belgique).

Dans les années 1970, comme professeur de psychopédagogie, je cherchais un moyen de créer un sentiment d’appartenance et de bien-être dans un groupe. Au hasard des rencontres et de mes recherches, j’ai trouvé sur ma route Marie-Lise Guiton, une Canadienne de passage en Belgique, qui m’a parlé de la méthode GORDON qu’elle pratiquait au Québec et du PRO.D.A.S. dont elle avait entendu du bien. Elle est venue dans ma classe et cela m’a convaincu.

J’ai été ensuite me former au Canada en GORDON et au PRODAS. J’ai introduit cette façon de faire avec le promoteur Québécois, Jacques Lalanne, en 1977, à Bruxelles à l’École des Parents et Éducateurs. Une centaine d’animateur·rices ont été formé à Bruxelles.

Béatrice Bellisa et Stéphane Donadey, son fils, ont introduit le PRODAS et la méthode Gordon en France à partir de janvier 1978.

L’École des Parents et des Éducateurs de Belgique (EPE), dont je suis un des administrateurs, est un centre reconnu et agréé pour la diffusion des méthodes GORDON et PRODAS, et les a proposées au public dès janvier 1978. Après 70 années d’existence, l’EPE a pris le nom de ÉmanciPE.

Peggy Snoeck a contribué à la pratique du PRODAS pour les professeurs de morale et de religion et auprès d’autres milieux dont les maisons de repos et les maisons de quartier. Peggy Snoeck et Sonia Huwart ont animé de nombreuses rencontres interphilosophiques où elles arrimaient des cercles Prodas avec des discussions à visée philosophique.

Sonia Huwart et Joëlle Roberfroid ont largement contribué et contribuent à mettre en évidence la complémentarité des cercles ProDAS et la pratique des ateliers philosophiques.

Joelle Roberfroid a formé à l’animation du cercle de paroles beaucoup d’enseignant·es, entre autres de son école où elle anime des cercles de parole. Elle est coauteur d’un livre sur le PRODAS qui sortira en 2020. Elle est aussi formée en pratique d’ateliers philosophiques.

Anne Bernard, coordinatrice du Centre Librex de Bruxelles, a été formée et a mis le PRODAS en évidence dans son association comme un outil favorable à la réflexion et à la libre pensée en groupe.

Le cercle est pratiqué dans plusieurs centres de planning en France et en Belgique dans le cadre du Programme par EVRAS, par exemple.

1 Guides de l’animateur : http://developpement-humain.com/boutique

2 http://developpement-humain.com/categories/equipe/

Poursuivre la lecture

le programme

Le programme complet permet aux individus de prendre conscience de trois dimensions constitutives de leur être : « ce que je suis », ce que je fais » et « la manière dont j’interagis avec les autres ». Pour être traité dans son entièreté, il nécessite un groupe stable pendant une dizaine de séances minimum. Il peut évidemment se décliner en une infinité de séances, qui, même si les thèmes se répètent, ont des effets cumulables mettant en lumière nos diverses facettes.

la méthodologie

Il est possible d’utiliser la méthodologie du ProDAS occasionnellement sans suivre le programme complet. Par exemple, pour évaluer des activités (« je peux vous dire comment je me suis senti⋅e (ce qui m'a touché.e) pendant l’exercice précedent ») ; ou pour témoigner de notre vécu autour d’une thématique développée avec un groupe (amitié, argent, justice, travail, etc). Dans tous les cas, les cercles de parole ProDAS permettent de renforcer les capacités d’écoute et d’expression, ou de créer des liens entre les participant⋅es.

les atouts

Quarante ans d’expériences dans les écoles nous permettent d’affirmer que la pratique régulière de cercles ProDAS aide les élèves et les enseignant⋅es à créer dans les groupes un climat de confiance et de sécurité et exerce l’empathie. L’expérience plus récente avec des adultes de divers milieux professionnels ou lieux de vie confirment les bienfaits du ProDAS sur le développement des personnes.

l’ethique

Le programme de développement affectif et social est un outil, un outil créateur de liens et de sens qui peut se révéler « magique ». Néanmoins, ce n’est qu’un outil. Il peut servir pour ériger une cathédrale ou une prison. Tout dépend de l'éthique de l’ouvrier⋅e qui l’utilise. Nous sommes humain⋅es, donc imparfait⋅es. Mais la technique nous demande d’être lucidement imparfait⋅es et de nous parfaire, inlassablement, avec humilité.

des témoignages

Pratiquer les cercles ProDAS ne laisse pas indifférent⋅e. Ce qu'ils apportent aux personnes comme aux institutions, est d'une grande richesse. A vous d'en apprécier la teneur à travers ces quelques témoignages. A vous également de nous envoyer le témoignage de vos propres découvertes du ProDAS pour que nous puissions les offrir en lecture dans la rubrique.